Porter des lunettes de soleil et des écouteurs à la table de poker : avis !

Vous les voyez tout le temps dans les salles de poker. Beaucoup de joueurs les portent. Peut-être que vous les portez. Je parle de lunettes de soleil et d’écouteurs (ou de gros casques audio). Si vous ne les portez pas, le devriez-vous ? Si c’est le cas, êtes-vous mieux sans eux ?

Pourquoi les joueurs portent ces accessoires ?

Je vais vous dire une chose. Je portais des lunettes de soleil. La raison de les porter semblait évidente.

Une des façons d’obtenir un avantage sur les adversaires est de reconnaître les tells – des comportements inconscients qui auraient tendance à donner la vraie force de leur main. J’avais appris que mes yeux pouvaient trahir mes mains.

Un adversaire qui regarde le flop, par exemple, l’a souvent manqué et le cherche très longtemps pour voir s’il ne peut pas y reconnaître quelque chose à son avantage. De même, un joueur qui regarde rapidement sa pile de jetons quand le flop frappe a souvent frappé le flop durement et pense à combien il faut miser. Vous pouvez probablement penser à beaucoup d’autres tells qui sont basés sur le mouvement des yeux. (Découvrez l’article sur les tells au poker.)

Cela étant, comme le mouvement des yeux de mes adversaires pouvait m’aider, il allait de soi que le fait de protéger mes yeux de l’inspection visuelle en portant des lunettes de soleil était une excellente idée. Je privais mes adversaires de l’avantage.

Il y avait d’autres avantages à porter des lunettes de soleil. D’une part, les lunettes de soleil cachant mes yeux, je pouvais les fixer sans qu’ils ne s’en rendent compte.

Entre-temps, les avantages du port d’un casque d’écoute m’étaient également connus, même si je ne m’y suis jamais laissé aller.

Le bavardage à table peut être distrayant, ou au moins ennuyeux. En écoutant de la musique pendant le jeu, je serais libéré de l’interminable va-et-vient du bavardage oisif. Je ne serais pas tenté de me distraire en me laissant aller à mes propres envies de jacasser dans les deux sens. Cela m’obligeait à me concentrer davantage sur le jeu de la main, ce qui m’aidait à me concentrer sur toutes les choses auxquelles je devais penser – par exemple, la taille de la pile de mes adversaires, la taille du pot, leur style de jeu, mon image dans leur esprit, et ainsi de suite.

Tout comme les lunettes de soleil m’ont donné un avantage en me protégeant les yeux de mon adversaire, de même, le son relaxant et constant de la musique m’empêchait d’entendre les conversations stupides et parfois exaspérantes qui ont lieu à la table de poker. Je pourrais plus facilement entrer dans ma zone de jeu mentale idéale, ce qui est certainement avantageux.

Mais au fil des ans, après avoir porté des lunettes de soleil pendant que je jouais, et après avoir fait de nombreuses observations de joueurs portant des lunettes de soleil et des écouteurs, j’ai découvert que les inconvénients de porter des lunettes de soleil et des écouteurs l’emportaient sur les avantages considérables. Du moins pour moi. Laissez-moi vous dire pourquoi.

Pourquoi je ne porte plus lunettes de soleil et casque audio à une table de poker ?

Caché derrière des lunettes de soleil, mes yeux ne trahissent rien. Cependant, le port de lunettes de soleil inhibe également ma capacité à engager la conversation avec mes adversaires. De même, le port d’un casque d’écoute restreint grandement ma capacité de tenir n’importe quel genre de conversation avec les gens à table. Pour moi du moins, c’est un énorme désavantage.

Pensez à ce que vous pouvez gagner dans la conversation. Tout d’abord, elle tend à rapprocher les gens. Je ne dis pas que la conversation souvent superficielle qui a lieu à la table de poker est toujours suffisante pour former des amitiés durables. Mais les gens se sentent mieux avec vous que si vous êtes un cryptogramme silencieux assis à côté d’eux.

Même une amitié superficielle – le genre qui se développe lorsque deux étrangers discutent d’eux-mêmes avec l’autre – est souvent suffisante pour amener les adversaires à jouer plus doucement contre moi. Je l’ai déjà vu. Et je l’ai utilisé à mon avantage.

C’est pourquoi je vais délibérément discuter avec le joueur à ma gauche. C’est le joueur qui a position sur moi, que je veux le plus soumettre avec gentillesse. C’est lui qui a le plus de chances de relancer après mon action. Et c’est donc lui que je veux le plus empêcher de m’embêter, en faisant de lui mon « ami de table de poker ».

Dites ce que vous voulez sur les joueurs qui jouent sans émotion. Et dites ce que vous voulez sur la façon dont vous jouez exactement pareillement contre chaque joueur à la table, indépendamment de vos sentiments envers eux. J’ai vu des milliers d’exemples de cas où ce n’était pas le cas – par exemple, le gars à ma gauche ne payait ma relance ou checkait après mon check alors que le jeu l’aurait normalement poussé à relancer ou miser, simplement parce que j’étais modérément sociable et qu’il m’aimait modérément. C’est peut-être irrationnel, mais c’est la nature humaine.

Certes, le fait d’être sympathique, par la conversation et l’engagement social, ne diminuera pas l’agressivité de chaque adversaire. Mais cela fonctionne suffisamment pour justifier l’élimination de tous les obstacles raisonnables à une telle conversation et à un tel engagement.

Il y a deux autres raisons pour lesquelles je choisis de ne pas porter de lunettes de soleil ou d’écouteurs à la table de poker.

Le premier est qu’ils sont chacun un symbole du sérieux au poker. Tandis que certains joueurs très mauvais les portent et singent le comportement des joueurs qu’ils aimeraient imiter (mais échouent misérablement à), peu de joueurs vraiment occasionnels, non méfiants, innocents, ou autrement peu sérieux se présentent à la table de poker avec. (Grosse précision : cette situation tend à s’inverser. Aujourd’hui, le joueur qui vient avec casquette, lunettes et casque à un EPT est plus souvent un joueur récréatif qu’un professionnel sérieux).

En conséquence, les joueurs sérieux et les aspirants sont au moins au début moins suspicieux et méfiants à mon égard quand je m’assois à la table sans fioritures. Ils seront plus enclins à croire que je suis un joueur innocent et donc direct – que mes grosses mises signifient une main forte, ma passivité signifie la faiblesse, et ainsi de suite.

Par conséquent, je peux utiliser ma « crédibilité » à mon avantage pour voler les pots que je veux voler et pour piéger les adversaires que je veux piéger. (Bien sûr, une fois que je le fais une ou deux fois, ma couverture est grillée.) Jeter les lunettes de soleil et les écouteurs – et la casquette de baseball, aussi, pour des raisons similaires – me permet de préserver mon apparence innocente pendant au moins un petit moment.

La deuxième raison est que les yeux et les oreilles découverts peuvent capter des choses qui pourraient ne pas être visibles ou audibles autrement.

C’est un point évident en ce qui concerne les écouteurs et l’audition. Si je porte des écouteurs, il se peut que je rate la remarque du joueur à ma droite qui est sur le point de partir, par exemple. Si je rate cela, je n’apprécie peut-être pas le sérieux que j’aurais dû déduire de sa mise suivante (car les joueurs qui sont sur le point de partir sont moins susceptibles de bluffer).

Vous comprenez l’idée. La discussion peut révéler beaucoup de choses qui me manqueront si j’ai les oreilles couvertes d’écouteurs qui jouent ma chanson préférée.

Il y a des choses que vous pourriez aussi manquer en portant des lunettes de soleil. Même celles qui permettent à la lumière de passer à travers bloquent encore assez de lumière pour obscurcir d’autres informations potentiellement précieuses, comme un petit sourire ou un froncement des sourcils en réponse à un flop, le léger tremblement d’une main qui s’empare des jetons, le montant des jetons manipulées, et autres choses du genre. (Il y a aussi la carte parfois flashée ou marquée que les lunettes de soleil peuvent vous faire manquer.)

Vous voudrez peut-être encore porter des lunettes de soleil ou des écouteurs, croyant qu’il y a toujours un avantage à utiliser l’un ou l’autre, ou les deux, pour vous. J’espère vous avoir convaincu qu’il y a au moins de bonnes raisons d’aller à la table des négociations sans l’une ou l’autre.