Faut-il payer des impôts quand on gagne au poker ?

Roi des jeux de cartes, le Poker atteint une popularité sans précédent dans les années 2000 grâce aux techniques de communication. Désormais, il existe le poker en ligne, et les diffusions télévisées de grands tournois.

Le milieu du poker est rapidement devenu très attractif avec un marché online représentant près de trois milliards de dollars en 2010, selon certaines estimations. Face à cette popularité, la question du paiement d’impôt par les joueurs s’est posée.

Devrez-vous payer les impôts si vous gagnez au poker ? Cet article vous explique tout sur l’imposition des joueurs de poker.

Paiement des impôts : qui est imposable et qui ne l’est pas ?

Ce sont surtout les joueurs professionnels qui sont visés par l’État. En effet, vous êtes considéré comme imposable dès lors que vous jouez habituellement au poker dans l’objectif d’en tirer des bénéfices. Donc la presque majorité des joueurs occasionnels ne sont pas dans le collimateur du fisc.

Toutefois, la légalisation reste assez floue. En effet, il est parfois difficile de déterminer le statut du jeu et de savoir à partir de quel moment vous êtes considérés comme joueur professionnel. L’État oblige depuis 2016 les casinos et autres lieux de jeu à enregistrer vos données (nom, adresse, montants gagnés, etc.). Juridiquement, l’État considère comme professionnels ceux qui jouent habituellement et qui gagnent gros au poker. Ainsi, quand vous ne jouez qu’occasionnellement et que vous avez une activité justifiant votre train de vie, vous n’êtes pas concernés par l’impôt normalement.

Comment est prélevé l’impôt ?

La nouvelle n’est pas très bonne pour tous les professionnels, car vous devenez une véritable entreprise. Vous devez avoir une comptabilité et déclarez tous vos gains. Certaines dépenses peuvent entrer dans les frais.

Il est cependant possible de profiter de « l’année blanche », un avantage qui dépend des revenus de l’année de l’entrée en vigueur du prélèvement à la source. Si les revenus sont inférieurs à ceux encaissés au cours de la meilleure des trois années précédentes, l’impôt ne s’appliquera pas. Au cas contraire, les revenus seront partiellement imposés.

Vous devez réfléchir aux meilleurs moyens d’investir et de réduire vos impôts.

Quelles solutions face à l’acharnement du fisc ?

Faire les comptes :

Pour éviter toute complication, pensez à enregistrer tous vos bénéfices et dépenses de l’année avec leurs justificatifs. Cela vous permettra d’éviter les irrégularités et d’avoir à payer parfois le double.

La tentation de l’exil fiscal :

Cette solution extrême et parfois dangereuse n’est sûrement pas à recommander, surtout quand les revenus ne sont pas extraordinaires. Si vous décidez de quitter la France, vous avez la possibilité d’être résident fiscal d’un autre pays, mais ne mentez pas au fisc car vous risquez gros.

Voilà, vous savez à présent si vous êtes imposables ou pas.