Comment prédire un match nul au football ?

Contrairement aux sports à haut score, comme le rugby, le football américain ou le basket, un match de football a de grandes chances de finir en match nul. Comment prédire quels matchs sont les plus susceptibles de se terminer par un match nul ? Plus facile à dire qu’à faire ? Lisez ce qui suit pour le savoir.

Environ 24% des matches de Premier League se sont terminés sur un match nul entre la saison 2013/14 et la saison 2017/18. Le score le plus probable était de 1-1 (42 % de tous les tirages), suivi d’un match sans but (32 %) et de 2-2 (22 %).

Par conséquent, les matches nuls représentent environ un quart des résultats d’un match de Premier League au cours d’une saison et sont également une composante importante des paris effectués.

Intuitivement, un match nul est plus probable entre deux équipes de capacité relativement égale, une fois que le lieu a été pris en compte dans le calcul.

Un prétendant au titre qui accueille une équipe en difficulté verra généralement la probabilité d’un match nul à environ 14%, tandis que deux équipes de milieu de tableau verront les probabilités monter à environ 30%.

Exemple : calculer les chances de matches nuls en Premier League

Prenons l’exemple d’un match de Premier League où une moyenne de 2,5 buts au total est attendue entre deux équipes proches au classement. Dans ce scénario, chacun marquera en moyenne 1,25 but par match contre l’autre.

On estime que les deux équipes ont 29 % de chances de ne pas marquer de but, donc la probabilité que le match se termine sur un score de 0-0 est obtenue en multipliant ces deux probabilités ensemble, soit 0.29 / 0.29 = 0.08%.

Un match nul 1-1, en accord avec les données réelles de la Premier League, a plus de chances de se produire – près de 13% de chances.

Une fois ces chiffres calculés pour tous les scores possibles, les probabilités pour un 0-0, 1-1, 2-2 et ainsi de suite peuvent être additionnées pour obtenir la chance globale d’un match nul pour un match typique de Premier League entre deux équipes de niveau similaire.

Dans cet exemple et sans aucune correction pour tenir compte de la faible déviation par rapport à la réalité, on prévoit qu’un match nul a eu lieu environ 27% du temps.

Si l’on peut facilement apprécier la propension des deux équipes à se retrouver à égalité, les profils de score probables de chaque équipe sont souvent un aspect négligé de la prédiction des matches nuls.

Choisir des matches plus susceptibles de se terminer par des matches nuls nous conduit donc inévitablement vers des équipes de niveau similaire qui ont tendance à être bonnes sur le plan défensif, tout en ayant des lacunes offensives.

Faire des paris sur les matches nuls au foot

Toutefois, le fait de pouvoir identifier de telles perspectives de résultats ne garantit pas que cette probabilité accrue d’un match nul a été ignorée par le bookmaker.

Il est également important de savoir qu’une équipe qui affiche des performances extrêmes, même au cours d’une saison, peut devenir moins extrême à l’avenir.

Une équipe peut sembler être un spécialiste du nul, notamment avec des matches avec peu de buts, mais la persistance de ce trait peut être surestimée et parier sur de futurs matches nuls peut sembler alléchant sans l’être.

Les équipes de Premier League qui ont été impliquées dans le plus grand nombre de matches nuls au cours d’une saison entre 2006 et 2016 étaient des équipes typiques de milieu de tableau, telles que Stoke, West Brom et Aston Villa.

En tant que groupe, ils ont obtenu en moyenne près de 16 matches nuls par saison, alors que la moyenne de la ligue pour cette période était légèrement inférieure à 10.

Au cours de la saison suivante, cependant, le nombre de matches nuls par ces spécialistes potentiels est passé de 16 à un peu plus de 10, ce qui est très près de la moyenne de la ligue.

Un sort similaire a été réservé aux équipes qui ont remporté le plus de succès, comme Manchester City et United, Tottenham et Chelsea, qui semblaient éviter les matches nuls comme résultat final de la rencontre.

D’une moyenne de moins de cinq matchs nuls par saison au cours d’une année, ils ont également régressé la saison suivante et ont obtenu en moyenne matches nuls entre eux, se rapprochant ainsi de la moyenne de la ligue qui est de 10.

Il est essentiel de comprendre les facteurs qui peuvent contribuer au match nul des matches de football. Il vaut également la peine de tenir compte des occasions où un match nul est mutuellement bénéfique aux deux équipes, notamment dans le championnat italien où les équipes sont connues pour être davantage attirées par le résultat comptable.

Quel championnat de football a le plus de matches nuls ?

Voici le pourcentage de matches nuls dans les principaux championnats et coupes sur les dix dernières années :

  • Ligue 1 : 25.80%
  • Serie A : 24.80%
  • Bundesliga : 24.40%
  • Premier League : 24.20%
  • Liga : 23.40%
  • Champions League : 23.20%

On voit donc que les cinq championnats européens majeurs de football ont un taux de match nul relativement proche avec une moyenne de 24.30% de matches nuls.

Par conséquent, se spécialiser sur un championnat que vous pensez comme étant friand de matches nul n’est pas pertinent. Il vaut mieux se concentrer sur les équipes qui s’affrontent.